Tous droits réservés / le Relais de Poingam 2017 / Site réalisé par NC-COMMUNICATION

Contacter le Webmaster - Mentions Légales

       

« Le Gîte du Bout du Monde, à l’extrême Nord de la Nouvelle-Calédonie »
Téléphone :
(+687) 47.92.12 / Mail : contact@relais-poingam.nc

 

Accueil - Plan d’Accès

Nouvelle-Calédonie

Surnommé « l’Hôtel du Bout du Monde », le relais de Poingam se situe à l’extrême nord de la Grande Terre, tout près de Poum. Repris en 2000 par Jean et Josy Broudissou, le gîte « galo-mélanésien » est un petit coin de paradis, à l’ambiance conviviale, où l’on découvre à la fois les merveilles de la nature et la gastronomie Calédonienne.

Huit bungalows sont dispersés sur le bord de plage à travers un jardin fleuri. Jean, ancien ferronier et bricoleur hors pair, a personnalisé avec goût chacun d’entre eux. L’une des résidence les plus originale est une tente safari montée sur un parquet avec balcon sur pilotis. A l’arrière de la tente se trouve une salle de bains tout équipée avec bénitier géant et coquillage en guise de lavabo et robinets. […]

La nature est généreuse à Poingam et les cuisinières du Relais travaillent exclusivement à partir de produits frais, pêchés et récoltés la veilles ou le jour même. Coquillots farcis au Basilic, Carpaccio de Bénitier, Crabe Belle-Vue de Boat Pass… Le restaurant du Relais fait partie de ces bonnes adresses où l’on peut déguster, à des prix abordables et en toute simplicité des plats à faire palir d’envie les plus grands restaurants du monde. Outre la choucroute de papayes vertes en guise de garniture, on notera la présence de pourpiers de mer, une plante poussant en limite de marée haute et dont le goût n’est pas très éloigné des haricots verts.

Légumes, Plantes, Sel, Huiles Essentielles…
Si Jean laisse la direction de la cuisine à sa femme Josy, le jardinage, c’est son affaire. Le vaste potager du relais, 100% bio (ni engrais, ni pesticide) fournit 80 à 90% des besoins en plantes et en légumes. Il produit de nombreuses plantes arômatiques (thym, menthe, aneth, persil chinois, persil, basilic, ciboulette) ainsi que des patates douces, des carottes, des tomates cerises, des asperges et des salades. L’an dernier, à raison de 400 repas servis par semaine, le gîte a écoulé pas loin de 4 tonnes de papayes vertes !

Le gîte possède également sa propre distillerie, produisant de l’huile essentielle de Niaouli, mais également des bruyères et d’eucalyptus. Il y a quelques années s’est lancée la production de sel, aussi bon, sinon meilleur que celui de Guérande car la région n’a pas à souffrir d’autant de pollution que la Bretagne. Prochainement, Jean prévoit, grâce à ses plants de Limons (gros citrons) de se lancer dans la production de limonade. A travers ses différentes activités, le Relais de Poingam est une vaste entreprise fournissant du travail à 40 employés locaux, sans parler des pêcheurs qui fournissent le poisson et les fruits de mer.

Il y a encore quelques années, Poingam était tristement réputé pour ses nuées de moustiques. Puis Jean venu, il vit, il vainquit ! Enfin… pas du jour au lendemain non plus. Les premiers temps, lui et sa famille, les passèrent dans la fumée d’eucalyptus qu’il fallait brûler par centaine pour éloigner, au moins un peu, les nuisibles. Puis prenant son courage à deux mains, Jean planta pas moins de 10 000 pieds de citronnelles, mais également de l’eucalyptus en grand nombre, du vétivier et du patchouli et réduisit sensiblement le nombre de pandanus (de vrais nids à moustiques). Plusieurs point d’eau, comme la fontaine à l’entrée du gîte accueillent grenouilles et poissons millions qui font des moustiques leur pain quotidien. Aujourd’hui, bien que l’on ne soit jamais à l’abris de quelques piqûres, il semble loin le temps et hordes ravageuses.
Arrivé en Nouvelle-Calédonie en 1971 par le dernier cargo ralliant Marseille à Nouméa, Jean Broudissou est un fin connaisseur du Caillou, et ne manque pas de vous divertir avec ses connaissance, ses histoires, ses souvenirs. Après avoir créé un hôtel à Lifou en 72, Jean s’est construit un voilier et a pris le large, passant pratiquement 7 années sans travailler, vivant d’avantage dans l’eau que sur la terre. De retour sur Nouméa, il monta une société de publicité et tint plusieurs journaux. Un beau jour, il repris l’auberge des Koghis, qu’il tiendra pendant 13 ans. C’est à lui qu’on doit les raclettes et les fondues !C’est également lui qui construisit les fameuses cabanes dans les arbres. Puis il repartit en mer, avec femme et deux enfants cette fois, pour passer trois années sabbatiques autour de la Grande Terre, jusqu’à ce qu’il mouille dans la baie de Poingam, et découvre le gîte du bout du monde, en 2000. Celui-ci était fermé depuis un an et Jean en repris les reines. Ou plutôt il céda au vote unanime de sa famille. Lui et sa femme tienne le gîte depuis maintenant 12 ans. Leurs enfants vivent et étudient à Nouméa.
LE RELAIS DE POINGAMArticle paru dans Maison et Environnement, n°3, Novembre 2012, rédigé par Maxime Le Bras Téléchargez ce Numéro de Maison et EnvironnementLE GÎTE…LE RESTAURANT…PRODUCTION LOCALE…ET LES MOUSTIQUES TRéPASSèRENT…NATURELLEMENT !L’Hôtel d’un Aventurier

Accueil -> Petite Histoire de Poingam

Article paru dans Maison et Environnement, n°3, Novembre 2012 MAISON ENVIRONNEMENT 3.pdf